Serions-nous en train d’assister à la naissance du Hulu français de la presse ?

Cela est bien possible avec l’annonce aujourd’hui de la création du GIE E-Presse Premium en partenariat avec Orange.
Ce groupement rassemble les grands noms de la presse française (à l’exception du Monde) : Les Echos, Le Parisien/Aujourd’hui en France, L’Equipe, Le Figaro, Libération, L’Express, Le Nouvel Observateur et Le Point. Le GIE prévoit de lancer à l’horizon début 2011 une offre de contenu numérique sur Web, mobile et tablette, et agrégeant l’ensemble des titres de ces éditeurs.

La solution sera basée sur les plates-formes d’Orange : 24/24 Actu et son moteur de recherche multi-titres pour le Web, et Read&Go, le kiosque numérique d’Orange, sur mobile et tablette, qui rassemble déjà des titres de presse mais aussi des BD et des livres.
On retrouve donc bien ici cette logique d’agrégation de contenus entre éditeurs, sur le modèle initié par Hulu. En effet, les éditeurs français de la presse, plutôt que de se concurrencer en proposant chacun leur site, ont préféré s’associer pour faire face à la menace croissante d’acteurs indépendants et souvent américains (pour ne pas citer Google News), qui eux n’hésitent pas à agréger leurs contenus et à le proposer gratuitement aux internautes.

Les bénéfices attendus sont nombreux.

Du côté de l’audience, le fait de proposer des contenus agrégés sur une plate-forme unique permettra de gagner en visibilité et d’accroître le nombre de visiteurs uniques. De la même manière, les actions de communication online ou offline autour de la plate-forme seront mutualisées, et permettront de générer une audience pour tous les titres. La mise en commun des contenus permettra également de fidéliser l’audience qui pourra trouver au même endroit différents types de contenus d’actualité. Ce nouveau site permettra aussi d’augmenter la répétition d’usage en créant des rebonds entre les contenus par une navigation entre les titres et d’accéder à n’importe quel article depuis le moteur de recherche unique.

Côté monétisation, le bénéfice majeur est la mise en commun de l’audience individuel de chacun des sites et donc l’augmentation du potentiel de rémunération publicitaire. Ainsi, il sera plus intéressant pour un annonceur d’avoir interlocuteur unique et  d’être visible sur l’ensemble des titres plutôt que sur les versions individuelles de chacun d’eux. L’audience actuelle  représente tout de même un total de 16 millions de visiteurs uniques mensuels et de 785 millions de pages vues. Au-delà de la publicité, il est fort probable que des modèles de monétisation payants soient mis en place comme le paiement à l’unité de titres directement décompté sur la facture Orange, mais aussi des systèmes d’abonnement à un ou plusieurs titres ou à un ou plusieurs écrans (PC, mobile, tablette).

Restent maintenant deux questions : Est-ce que ce service signifiera la fermeture pure et simple de l’accès au contenu de ces sites pour Google News, malgré le bénéfice apporté par les renvois d’audience générés par le site de Google. D’autre part, que pensera l’autorité de la concurrence de cette entente qui peut être vue comme un frein à la concurrence et une barrière à l’entrée plus forte pour l’arrivée de nouveaux acteurs…

 

via : Silicon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :